300 fûts de bière, aux apiculteurs du Lot

Plutôt que détruire 300 fûts de bière, Christophe Ratz les offre aux apiculteurs du Lot


En raison de la crise sanitaire, le brasseur Christophe Ratz n'a pas pu écouler sa production de bière, il l'offre aux apiculteurs pour lutter contre le frelon asiatique.

À Cahors, la brasserie artisanale Christophe Ratz subit de plein fouet les conséquences de la crise sanitaire liées au Covid-19, au même titre que l’ensemble de ce secteur d’activité qui a vu son activité s’effondrer, quand ce n’est pas réduite à néant. Les fermetures administratives ont entraîné en cascade l’arrêt de l’événementiel, des bars, restaurants, la mise en sommeil de la vie associative, des espaces culturels et des comités des fêtes. Tout un pan de l’économie sous cloche !


« Dans la mesure où notre bière conditionnée en fûts est non pasteurisée et sans additifs, sa durée de conservation est limitée dans le temps ; d’où notre obligation de la détruire » précise Christophe Ratz. Depuis la fin du mois d’octobre 2021, la brasserie ne commercialise plus de fûts de bière, ce qui signifie que le stock doit disparaître. Un crève-cœur !

Cependant, à tout malheur bonheur est bon. Issu du monde agricole, Christophe Ratz est au courant des préoccupations des apiculteurs confrontés aux ravages occasionnés par le frelon asiatique ; sa maman est apicultrice et il connaît bien Michel Bétaille, longtemps président du Groupement de défense sanitaire des abeilles du Lot. Il n’en fallait pas plus pour donner le jour à cette opération de bienfaisance pour la cause des abeilles et de la biodiversité. Aussi, avec l’accord des Douanes à Cahors, plutôt que de déverser le contenu de tous les fûts à l’égout, la bière est offerte aux apiculteurs pour combattre le frelon asiatique.

La bière contre le frelon asiatique

« En ce moment les reines sortent pour confectionner les futurs nids, c’est donc le moment opportun pour mettre en place ces pièges » souligne Christophe Ratz. Issu lui-même du milieu agricole il sait l’importance des abeilles pour la pollinisation, des melons du Quercy, des arbres fruitiers… cultivés dans sa famille.

300 fûts de 30 l voués à la destruction, vont servir pour partie à mener cette opération d’envergure départementale à l’encontre des frelons asiatiques. Pour l’heure, l’entreprise reste dans l’expectative, sans aucune visibilité par rapport aux perspectives de réouverture… Côté emploi, les effectifs ont été réduits de 30 % depuis le début de l’année. L’émotion est forte pour ce chef d’entreprise, qui n’attend qu’une chose : la reprise !

« Déjà en 2011, lorsque Christophe Ratz avait déménagé depuis Arcambal pour s’installer sur le Parc d’activité de Cahors sud, il m’avait cédé quelques bouteilles de bière périmée pour lutter contre le frelon asiatique » se souvient Michel Bétaille. Cette année, même élan de générosité de Christophe Ratz à l’égard des apiculteurs, avec un stock tout autre… Les Douanes de Cahors ont accepté cette cession à titre gratuit, sous condition d’inscrire les litres cédés aux apiculteurs sur un registre. Ceux-ci peuvent d’ores et déjà effectuer des retraits de bière, auprès de la brasserie Christophe Ratz, avec leurs propres contenants et en se présentant avec leur numéro d’immatriculation professionnel.

« Chaque année nous plaçons des pièges contre les frelons asiatiques, autour des ruches, dans les arbres fruitiers… et la base du liquide utilisé c’est la bière » indique Michel Bétaille, qui donne le détail de la composition du piège : 1/2 l de bière, 2 cuillerées de grenadine et un ou deux verres de vin blanc ou du jus de pomme… « Éviter de mettre trop de sucre pour ne pas attirer les abeilles ! » prévient-il. Ces jours-ci, ce sont les mouches bleues qui se font piéger, ensuite viennent les guêpes puis dans quelques jours, se présenteront les frelons asiatiques et les frelons européens. Cela fait plus de dix ans que les apiculteurs ont frappé à la porte de l’INRA pour demander des phéromones spécifiques pour piéger le frelons asiatiques…

Le fléau du frelon asiatique

« Le frelon asiatique est arrivé dans le Lot en 2008 et en 2021, toute la France est infectée, la Belgique, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne… » se désole Michel Bétaille, qui appelle une nouvelle fois de ses vœux une table ronde départementale avec l’ensemble des partenaires à même de pouvoir mener une opération d’envergure : préfecture, Département, intercommunalités, désinsectiseurs, apiculteurs… afin de définir un plan départemental de lutte contre le frelon asiatique. Il préconise également que soient définis des prix conventionnés pour que le particulier qui repère un nid de frelons asiatiques chez lui, verse 25 % du prix de la destruction au Trésor public, de telle sorte que la destruction soit effective.

La mairie de Figeac a déjà opéré la destruction de plus de 280 nids de frelons asiatiques en prenant à sa charge les frais de destruction. Quelques communes ont également pris des initiatives en ce sens, mais il faudrait que les opérations de lutte contre le frelon asiatique soient menées à l’échelle départementale, voir nationale.

Avec la bière Christophe Ratz, l’opération de piégeage des frelons asiatiques est menée sous l’égide de la Ruche du Quercy et son président Guy Delpuech, le GDS du Lot, ainsi que les quatre ruchers école du département : Figeac, Boissor, Gourdon et Rocamadour.


29 mars 2021, articles de presse rassemblés et relayés par Patrice LEVANNIER



11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout