A Sucy-en-Brie, Gallia emménage.

A Sucy-en-Brie, Gallia emménage grâce à Heineken dans la plus grosse brasserie d'Ile-de-France

A Sucy-en-Brie (Val-de-Marne), la brasserie francilienne Gallia pourra multiplier par cinq sa capacité de production. Un projet permis par la présence à son capital du groupe Heineken.

Pour Gallia, Heineken voit grand. Entré en septembre 2019 au capital de cette brasserie francilienne créée en 2010 et installée dans ses propres locaux de Pantin (Seine-Saint-Denis) depuis 2015, il vient de l’accompagner dans l’emménagement dans un deuxième site de production, à Sucy-en-Brie (Val-de-Marne) ouvert le 24 mars 2021. Une nouvelle brasserie qui permet à Gallia de passer d’une capacité annuelle de 8000 hectolitres (hl) à 40 000 hl dans la première phase - des volumes sont déjà prévus pour une éventuelle extension. De quoi soutenir le développement insolent de Gallia, dont le chiffre d’affaires a triplé entre 2018 et la fin 2020, à environ 7 millions d’euros. Le montant de l’investissement n’a pas été communiqué.


“Nous comptons devenir la référence du craft [bière artisanale, ndlr] à la française. Cette ambition partagée avec Heineken est assez excitante pour nos équipes. On espère, à l’avenir, pouvoir définir ce que pourrait être un style de bières français. On aimerait être reconnu nationalement, voire internationalement, comme l'emblème de la bière à la française”, indique Guillaume Roy, cofondateur. La collaboration entre la start-up et le géant de la bière a débuté par un accord de distribution, qui a permis aux bières Gallia d’être référencées de manière plus large dans la grande distribution. Un souffle bienvenu en ces temps de pandémie, les volumes produits étant passés de 10 000 hl en 2019 à 14 500 hl en 2020 (avec recours à la sous-traitance), malgré la fermeture prolongée des bars.

Une usine pensée pour plus d’efficacité

Loin de l’ancien bâtiment industriel et de la cour pavée de Pantin, la nouvelle usine occupe 6000 des 11 000 mètres carrés de terrain. “Nous avons cherché un endroit qui se prêtait à des accès logistiques plus simples, dans des zones industrielles”, explique Guillaume Roy. A Sucy-en-Brie, le dévolu s’est porté sur un bâtiment installé dans un éco-parc doté des dernières normes environnementales, à cinq minutes à pied de la gare. Le dallage et les évacuations des eaux ont été adaptés. La brasserie parisienne BapBap s’est installée il y a quelques semaines à proximité, tandis que Deck & Donohue brasse ses bières depuis 2016 dans la ville voisine de Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne): “cela crée de l’émulation”.

“Le surdimensionnement de l’outil était important. Heineken nous a conseillé sur la partie efficacité organisationnelle”, poursuit le dirigeant. L’organisation de l’usine a été pensée en collaboration avec le groupe néerlandais. Le même fabricant de matériels qu’à Pantin (Braukon) a été retenu, afin de pouvoir reproduire les recettes. La salle de brassage est passée de 20 hl à 80 hl. En plus des fûts, 6000 bouteilles de 33cl peuvent être remplies par heure, contre 2000 à Pantin, dont la brasserie est désormais envisagée comme un lieu de production de bières bières éphémères et expérimentales, aux côtés des services support et d’un bar. A Sucy-en-Brie, des “basket packs” de quatre bouteilles pourront être conditionnés. L’éventualité d’un passage de certaines références en canettes sera envisagée, sans date prévue.

Gallia, qui employait 15 personnes, embauchera 12 nouveaux collaborateurs d’ici à la fin de l’année, pour sa nouvelle brasserie. “Il y a moins d’usines en zone urbaine qu’en zones plus éloignées, donc les profils ingénieurs industriels sont plus difficiles à recruter en ville, mais nous avons été aidés par notre réseau et les ressources humaines d’Heineken”, ajoute Guillaume Roy. Deux collaborateurs ont choisi de rejoindre le nouveau site, qui est, à ce jour, la plus grosse brasserie d’Ile-de-France en termes de capacités de production. “Ceux que l’on a réussi à raccrocher à notre projet de démocratiser notre vision de la bière pouvaient prendre le meilleur des deux mondes, entre la vision craft de Gallia et l’efficacité d’Heineken. Certains étaient contents, dans le monde du brassage, de passer un cap dans leur carrière.”

Des malts HVE 3 signés Soufflet

L’emménagement dans une “big brasserie” s’accompagne du lancement d’un partenariat avec le groupe Soufflet pour la fourniture de nouvelles références de malts produits à Pithiviers-le-Vieil (Loiret). Certifiés au niveau 3 de la Haute valeur environnementale (HVE), une première pour le malteur français, ils sont produits à partir d’orges cultivées à moins de 100 kilomètres, tandis que la brasserie est elle-même située à moins de 100 kilomètres de la malterie. Soufflet fournit l’usine val-de-marnaise à plus de 80% de ses besoins. Six mois de travail ont été nécessaires pour aboutir au cahier des charges.

Conscients que la notoriété d’une marque “se construit dans les bars et dans les événements”, Heineken et Gallia comptent amplifier leur collaboration commerciale lorsque le circuit hors-domicile pourra reprendre. Pour l’heure, une gamme de bières élaborées à base de raisin pressé pendant la période des vendanges en septembre 2020 vient d’être lancée, à destination d’un public de connaisseurs.


9 avril 2021, l'articles de presse rassemblés et relayés par Patrice LEVANNIER


51 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout