Bières artisanales et bières industrielles, quelles différences ?

Bières artisanales et bières industrielles, quelles différences ?

Si la bière est une boisson indémodable, l'un de ses modes de fabrication à bien failli disparaître, celui de la bière artisanale, au détriment de la bière industrielle. Mais ces dernières années, les brasseurs indépendants ont le vent en poupe. Laurent Mariotte nous explique pourquoi et se penche sur les différences avec la bière industrielle dans l'émission "La Table des bons vivants".


DÉCRYPTAGE

La bière est une boisson présente à chaque apéritif organisé à la maison, signe de son succès. Incontournable, son mode de fabrication artisanale a pourtant failli disparaître il y a une vingtaine d'années au détriment de la bière industrielle. Une tendance qui s'est inversée, notamment grâce à l'intérêt grandissant des consommateurs pour la provenance ainsi que le mode de fabrication de ce qu'ils consomment. Mais y a-t-il une réelle différence entre une bière artisanale et industrielle ? Laurent Mariotte et ses chroniqueurs ont tenté de répondre à cette question dans l'émission La Table des bons vivants.

La fin de la standardisation du goût

L'une des premières différences concrètes pour le consommateur entre la bière artisanale et industrielle est le goût. "La bière industrielle a standardisé le goût de la bière ainsi d'une marque à l'autre, les différences sont finalement minimes", explique Charlotte Langrand, "à l'inverse de la bière artisanale, puisque l'on dénombre pas loin de 2 000 micro-brasseries aujourd'hui en France. Dans ces brasseries, en général, on produit une centaine d'hectolitres par an, voire un tout petit peu plus. L'avantage ? Cela permet d'avoir une diversité d'approches avec des goûts différents, des types de houblon, de malt, de riz, de maïs, des qualités d'eau ainsi que des levures différentes."

Il faut savoir qu'il n'y a pas de notion de terroir sur une bière, puisque le houblon peut venir de n'importe où. Ainsi, c'est plutôt au moment de la fabrication que chacun met sa petite touche personnelle et crée une bière au goût unique.

Une approche plus humaine

Enfin, les petites brasseries permettent une approche plus humaine comme l'explique Enguerrand Abt, maître brasseur à la Brasserie du Goulot à Roubaix. "L'idée avec la brasserie, c'est de s'y rendre comme si on allait chercher son pain chez le boulanger du coin. On a régulièrement des gens qui s'arrêtent et qui se demandent ce qui se passe. Si on est en train de brasser et qu'on n'est pas trop occupés, on laisse les portes ouvertes comme ça, ils peuvent venir jeter un coup d'œil. Il y a énormément de personnes qui, finalement, découvrent la bière grâce à nous." Une façon de créer un lien consommateur-producteur important.

Les micro-brasseries permettent également d'avoir des spécialistes de la boisson qui repoussent les limites d'usage de cette dernière. Certains commencent même à développer des glaces à la bière, un moyen de diversifier un produit incontournable tout en lui rendant ses lettres de noblesses.


27 mars 2021, articles de presse rassemblés et relayés par Patrice LEVANNIER



7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout