Heineken voit son bénéfice net en baisse

Mis à jour : nov. 1

Heineken voit son bénéfice net sur 9 mois en baisse de 76%

Le brasseur néerlandais Heineken a publié mercredi un bénéfice net en baisse de 76% pour les neuf premiers mois de l'année, à 396 millions d'euros, notant un «impact significatif» de la pandémie de Covid-19.

Les volumes de bière ont chuté de 8% au cours de cette même période, touchés par les confinements et les restrictions mises en place à travers le monde, a annoncé dans un communiqué le groupe, qui n'a pas publié de chiffre d'affaires. Coté à la Bourse d'Amsterdam, Heineken perdait 3,88% à 77,10 euros vers 10H00 (09H00 GMT), dans un indice AEX en baisse de 1,75%.

Fortement impacté par la pandémie, notamment à cause de fermetures répétées de bars et restaurants partout dans le monde, Heineken, numéro deux mondial de la bière, a annoncé une réduction prochaine des coûts de personnels de 20%. Selon un porte-parole du groupe, le plan n'exclut pas d'éventuels licenciements, précise l'agence de presse néerlandaise ANP. «La situation reste très volatile et incertaine. Nous prévoyons que les poussées de l'épidémie de Covid-19 continueront d'avoir un impact significatif sur nombre de nos marchés en plus de pressions croissantes de récession», a déclaré Dolf van den Brink, PDG d'Heineken, cité dans le communiqué.

Au début de la pandémie, Heineken s'était engagé auprès de ses employés à ne pas procéder à des licenciements massifs en 2020. Le groupe entamera donc son plan de restructuration au premier trimestre 2021, a-t-il indiqué. En avril, Heineken avait déjà annoncé retirer ses prévisions pour 2020 et ne pas verser d'acompte sur dividendes cette année. «Alors que nous traversons la crise, nous concevons consciemment la manière de nous adapter et de sortir plus forts de la pandémie», a ajouté Dolf van den Brink. Au cours du troisième trimestre, la baisse des volumes de bière s'est atténuée (-2,1%) grâce à l'assouplissement des restrictions liées à l'épidémie cet été, mais «la crise du coronavirus a continué d'affecter» le groupe dans «toutes les zones géographiques».

En Afrique du Sud par exemple, le volume total a chuté de plus de 40% en raison d'une interdiction de vente de boissons alcoolisées pendant près de cinq semaines. En Europe, les volumes ont baissé de 2,4% de manière organique au cours du troisième trimestre, a indiqué le groupe, dont le bénéfice net s'établissait encore à 1,67 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de l'année 2019.

Fondé au XIXe siècle à Amsterdam, le brasseur produit et vend plus de 300 marques de bière et de cidre, dont Heineken, Strongbow et Amstel, et emploie plus de 85.000 personnes dans le monde.

Articles de presse rassemblés et relayés par Patrice LEVANNIER

28/10/2020 LeFigaro.fr économie

© 2018 Prof. Ramirez.

brassicol',  2 rue de Gottenhouse 67700 OTTERSWILLER