Les religieuses et la bière

Après des siècles, les religieuses belges rejoignent les moines dans la production de bière

Lorsque les religieuses de l’abbaye de Maredret en Belgique luttaient pour lever des fonds pour les rénovations indispensables, elles se sont tournées vers une occupation qui avait été l’apanage des moines pendant des centaines d’années : le brassage.

La communauté bénédictine de 20, fondée en 1893, a décidé il y a environ cinq ans qu’il était temps de s’associer à un brasseur dans le but de brasser de la bière imprégnée d’une partie de leur histoire et de leurs valeurs, en aidant à réparer les toits qui fuient et les murs brisés de leur couvent.

Après près de trois ans de collaboration avec le brasseur et importateur John Martin, la Maredret Altus, une bière ambrée à 6,8 % aux clous de girofle et aux baies de genièvre, et la Maredret Triplus, une blonde à 8 % à la coriandre et à la sauge, sont mises en vente cet été.

« C’est bon pour la santé. Cela aide à la digestion. Toutes les religieuses aiment la bière, après tout nous sommes en Belgique », a déclaré sœur Gertrude, ajoutant que les religieuses s’autorisaient une bouteille chacune le dimanche.

Des religieuses bénédictines servent de la bière « Maredret », avec des ingrédients inspirés du jardin du monastère, à Anhée, en Belgique, le 8 décembre 2021.

Les bières sont à base d’épeautre, une céréale mentionnée dans les textes de sainte Hildegarde, l’abbesse bénédictine allemande du XIe siècle qui inspira l’ordre belge, ainsi que des plantes couramment cultivées dans le jardin des religieuses.


Edward Martin, distillateur en chef et arrière-petit-fils du fondateur de la brasserie, a déclaré que la production s’élève actuellement à 300 000 bouteilles par an, qui passera à environ 3 millions d’ici quelques années. En dehors de la Belgique, il est déjà en vente en Italie et en Espagne.

Les bières d’abbaye, qui impliquent le paiement de redevances par un brasseur en échange de l’utilisation du nom d’abbaye, sont courantes en Belgique, mais jusqu’à présent elles n’étaient présentes que dans des abbayes abritant des moines.

L’abbaye de Maredret n’est qu’à un kilomètre du pendant masculin de l’abbaye de Maredsous, dont la bière, brassée par Duvel, est largement disponible.

Sœur Gertrude a souligné qu’elles ne se considéraient pas comme des rivales.

« Ils étaient sensibilisés, informés et nous ont donné le feu vert. Ce n’est pas une compétition, plus une complémentarité », a-t-il déclaré.


15 décembre 2021, les articles de presse rassemblés et relayés par Patrice LEVANNIER




9 vues0 commentaire