La Brasserie du Comté renaîtra

Saint-Martin-Vésubie : La Brasserie du Comté renaîtra

Elle était installée sur les bords du Boréon, en amont du village de Saint-Martin-Vésubie. "Aujourd’hui, il y a le Var à sa place". C’est ainsi qu’Edwards Dilly décrit le site qui accueillait sa Brasserie du Comté, avant le passage de la tempête Alex. Les berges verdoyantes du torrent ont disparu. Le paysage ressemble désormais au lit du fleuve qui coule quelques dizaines de kilomètres en aval. "Il ne reste que du sable et des rochers sur 200 m de largeur".

Le propriétaire de l’entreprise, qui est associé à l’un de ses fondateurs, Frédéric Fredj, a tout perdu dans l’après-midi du 2 octobre. "Il ne nous est resté que cinq palettes que nous avions acheminées le matin vers un entrepôt à Gattières, soit même pas la moitié d’une semaine de livraisons". Mais du bâtiment de 220 m2 et de ses équipements techniques, des quatre conteneurs à l’extérieur, du stock de bières et de matières premières..., rien n’a résisté à la furie des eaux. "Des clients nous ont envoyé des photos de l’une de nos cuves échouée sur une plage à Nice".


Un grand élan de solidarité


Une cuve de bière retrouvée sur une plage niçoise à 70 km de St Martin de Vésubie DR


Les entrepreneurs ont entamé les négociations avec leur compagnie d’assurance. Et ils tentent d’y voir plus clair dans leur perte. "Il y en a au moins pour 600 000 euros, mais nous sommes en train de préciser ce chiffrage". Pour reconstruire l’outil de travail, "il nous faudra au moins un million". C’est le prix estimé de la renaissance de la Brasserie du Comté, qui est bien actée. "Plusieurs années seront sans doute nécessaires avant que nous puissions nous réinstaller là-haut, alors, en attendant, nous recherchons un local de 800 m2, avec un accès pour les semi-remorques, dans la plaine du Var".

Quid de l’eau de source qui faisait la réputation de la brasserie ? "Nous étudierons cette question au fur et à mesure de l’avancée de notre projet de réouverture, mais l’origine de l’eau reste une priorité pour nous. Nous réfléchissons aux moyens de la récupérer en montagne, soit en la faisant transiter par camion soit via des captages, en fonction de notre localisation future". Bien que fortement éprouvé par la catastrophe, plusieurs membres de l’équipe ayant perdu leur maison, le personnel aussi est prêt à poursuivre l’aventure.

Le renouveau de la bière identitaire du pays niçois sera un peu facilité par l’élan de solidarité que la tempête a suscité dans les vallées et ailleurs, à l’image de l’initiative de L’Association des brasseurs indépendants des Alpes-Maritimes. "Elle produit actuellement une bière baptisée "Comptez sur nous" dont le montant des ventes nous apportera de la trésorerie pour redémarrer", souligne Edwards Dilly, qui indique avoir reçu du soutien bien au-delà de la Côte d’Azur et du petit monde de la brasserie artisanale. "Il est vrai que notre établissement était devenu une sorte de symbole économique. Nous avons une grande communauté et tout le monde attend que nous repartions. Quand ce sera le cas, je pense que l’appel d’air sera énorme".

Articles de presse rassemblés et relayés par Patrice LEVANNIER

13 octobre 2020


© 2018 Prof. Ramirez.

brassicol',  2 rue de Gottenhouse 67700 OTTERSWILLER