Une bière psychédélique

Une bière psychédélique aurait aidé cet ancien empire sud-américain à régner

Les chefs d’un ancien empire d’Amérique du Sud utilisaient une bière psychédélique pour maintenir le contrôle politique sur leur société et les communautés environnantes, selon une recherche publiée en janvier.

Dans une étude publiée par la revue Antiquity, les archéologues ont révélé que les dirigeants du peuple Wari servaient une boisson ressemblant à de la bière fabriquée à partir des fruits du faux poivrier, un petit arbre, combinés aux graines de l’arbre vilca et qu’ils servaient le mélange aux invités lors de festins communaux.

Les chefs d’un ancien empire d’Amérique du Sud utilisaient une bière psychédélique pour maintenir le contrôle politique sur leur société et les communautés environnantes, selon une recherche publiée en janvier.

Dans une étude publiée par la revue Antiquity, les archéologues ont révélé que les dirigeants du peuple Wari servaient une boisson ressemblant à de la bière fabriquée à partir des fruits du faux poivrier, un petit arbre, combinés aux graines de l’arbre vilca et qu’ils servaient le mélange aux invités lors de festins communaux.


« L’expérience psychotrope qui en résultait renforçait le pouvoir de l’État Wari, et représente une étape intermédiaire entre les stratégies politiques d’exclusion et d’entreprise », écrivent les chercheurs dans un résumé de l’étude publié en ligne par Cambridge University Press. « Cet exemple andin s’ajoute au catalogue mondial documentant la relation étroite entre les hallucinogènes et le pouvoir social ».

Pouvoir et psychotropes

Les Wari ont bâti leur empire sur les hauts plateaux de la Cordillère des Andes, dans l’actuel Pérou. Ils ont régné sur la région de 600 à 1000 ans après Jésus-Christ et ont précédé l’empire inca de quatre siècles. Les archéologues qui ont effectué des fouilles à Quilcapampa, dans le sud du Pérou, de 2013 à 2017, ont découvert les premières traces de graines psychédéliques de vilca sur un site Wari.

Matthew Biwer, professeur adjoint invité d’archéologie au Dickinson College en Pennsylvanie et auteur principal de l’étude, a déclaré que cette découverte éclaire la façon dont les civilisations indigènes d’Amérique du Sud faisaient usage de substances psychoactives.

« C’était un tournant dans les Andes en termes de politique et d’utilisation des hallucinogènes », a déclaré Biwer.


16/02/2022, les articles de presse rassemblés et relayés par Patrice LEVANNIER



9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout