Inflation de la bière en Alsace

En Alsace, la bière de Noël n'échappe pas à la hausse des prix

La bière de Noël, particulièrement consommée dans l’est et le nord de la France, apparaît déjà sur les cartes de nombreux bars et restaurants. Mais en raison de la hausse du prix de l'énergie, cette boisson ambrée devrait coûter plus cher qu'à l'accoutumée. Les professionnels du secteur évoquent une augmentation du coût de production de 5 à 15%.


Il reste encore 50 jours à patienter avant Noël, mais dans plusieurs bars et restaurants, les festivités ont déjà commencé. Ce mercredi 2 novembre, la cuvée 2022 de la bière de Noël a été officiellement lancée à Strasbourg, dans l'ensemble de l'Alsace ou encore dans le nord de la France.

Comme le veut la tradition, cette bière de caractère est trouvable dans tous les bistrots au cours des semaines qui précèdent le réveillon. Sauf que cette année, la petite mousse de Noël n’échappera pas à l’inflation et verra son prix augmenter.

Une bière "5% à 15% plus chère" à produire

Dans la brasserie familiale et artisanale "Perle", à Strasbourg, les cuves de bières de Noël brassent déjà à plein régime. Mais cette année, la hausse des prix de l'énergie s'invite au programme. "En tant que brasseur, on est un consommateur d’énergie : d’eau, de gaz, d’électricité", explique Christian Artzner, maître brasseur chez Perle. "On consomme aussi beaucoup de matières premières et d’emballages, comme les bouteilles, qui sont énergivores" ajoute-t-il.


Le malt d'orge, séché après avoir germé, constitue l’ingrédient principal de la bière. Et c'est bien là que se pose le problème. "Dans le prix du malt, l’énergie représente 20 à 30%", précise Christian Artzner. Inévitablement, sa bière de Noël, comme toutes les bières de sa gamme, coûteront plus cher à production. Une hausse "d’environ 5% à 15%", estime-t-il.

Un prix en hausse de quelques dizaines de centimes

Par ricochet, ces coûts de production vont faire augmenter les prix de la bière dans les bars et les restaurants. Les clients ne pourront que le constater au moment de passer commande. "Il ne faut pas se voiler la face : cela va se répercuter", admet Christian Artzner. "Il faut juste qu’on arrive à trouver le prix le plus juste et se rapprocher le plus possible de la réalité dans les 12 prochains mois", conclut-il.

Sur la note finale, la pinte de bière de Noël devrait coûter quelques dizaines de centimes d’euros de plus cet hiver.


4 novembre 2022, les articles de presse rassemblés et relayés par Patrice LEVANNIER



6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout